Stages  résidentiels, groupe de processus de naissance, groupes thérapeutiques- Marc Tocquet, psychologue clinicien, psychothérapeute, analyste psycho-organique, ICV/Lifespan, EMDR Europe certifié.

Stages « Être soi - Se réaliser pleinement »

 

 

Qu’est-ce que je m’interdis de vivre, qui m’éloigne de moi-même et de mes désirs profonds ?
Qu’est-ce qui m’empêche d’avoir foi en mes capacités, en ma force, en mes rêves et de les réaliser ?
Quelles sont les inhibitions dont je suis victime ?
Quelles contraintes je m’impose ?
Qu’est-ce que je dois lâcher pour être qui je suis ?
Pourquoi je m’interdis des choses que je désire profondément ?
Pourquoi je me sabote et je m’empêche d’avancer dans ce qui me tient à cœur ?
Pourquoi je m’occupe plus des autres que de moi-même, qu’est-ce que j’évite ?
Dans quelles croyances négatives sur moi-même est-ce que je m’enferme ?
Qu’est-ce qui me bride quand j’accède à mes besoins, à mes désirs et que je souhaite les exprimer ?

JE ME SENS VIVANT/E QUAND JE ME REALISE

Durant les stages "Etre Soi", que je propose en co-animation avec Florence Stoll, vous avez la possibilité de travailler à la résolution de vos problématiques inhibitrices, à l’émergence de vos potentialités et à la réalisation de vos capacités.
Les stages créent l’opportunité de vous ouvrir à vous-même, à vos besoins, à vos désirs, à votre propre créativité. Cette démarche vous permettra d’accéder aux capacités de réalisation qui sommeillent en chacun de vous. Nous proposons des stages qui mettent à la fois l’accent sur la résolution psychothérapeutique des problématiques, sur l’émergence des potentialités et des désirs de réalisation de chacun et sur leur accomplissement dans la réalité.
 

Voici les dates des stages en 2019-20 :

★ 5-6 octobre 2019

★ 30/11-1er décembre 2019

★ 8-9 février 2020

★ 25-26 avril 2020

★ 13-14 juin 2020

 

Le prochain stage, non-résidentiel, aura lieu à Paris le week-end du 5-6 octobre 2019 à l’espace SAYYA , 68, rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris.

Les horaires seront les suivants :
Samedi : 9:15-18h
Dimanche : 10-18h

 
Chaque week-end, nos stages abordent des questions différentes du projet « Etre soi. Se réaliser pleinement ».
Ils sont indépendants les uns des autres et peuvent être suivis séparément.
Pour autant, ils s’inscrivent tous dans la thématique globale d’"Etre Soi. Se réaliser pleinement". Les participants peuvent faire l’ensemble de ces stages s’ils le souhaitent ou venir aux dates qui leurs conviennent. Il n’y a pas d’engagement sur l’année. A chaque fois, le groupe apporte sa force et son soutien.

 

Voici le dépliant concernant ces stages

 
 
 

En savoir plus sur le processus « Être soi »

 

Les horaires des stages « Être soi » sont :
Samedi : 9h30-18h
Dimanche : 10h-18h

I - « Être soi »

Le bonheur, c’est de se réaliser. Le bonheur ce n’est pas d’appliquer ce que seraient les recettes du bonheur, ce que l’imaginaire collectif véhicule comme images du bonheur et de la réussite.

On peut atteindre une forme de réussite sociale et se retrouver très déprimé. On peut disposer de toutes les conditions permettant de jouir tranquillement de l’existence et se sentir triste et vide.
Ceci a lieu parce que ces aboutissements ne sont pas ceux de notre désir, ils ne constituent pas les formes de réalisation qui sont les nôtres.
Il se peut, en revanche que ces formes de réalisation soient en relation avec les désirs de ceux qui se sont occupés de nous, que nous aimons, et que nous avons pris pour nos propres désirs.

J’ai toujours pensé qu’une psychothérapie ne sert pas qu’à fonctionner au mieux, sans symptôme, sans douleur excessive. Ce n’est pas cela que recherche l’être humain. Au-delà d’une simple tranquillité, même joyeuse, chacun d’entre nous cherche à être pleinement, à respirer pleinement, à se réaliser pleinement, agir, vivre, partager.

La réalisation de soi va avec la découverte de sa place dans la société des hommes et sur cette planète. Cela se produit à partir de la réalisation originale, particulière, aboutie de ses propres capacités, de ses dons, de ses désirs et de sa créativité, de ce qui fait que l’on est soi et pas un autre.
Ces réalisations sont absolument personnelles, elles sont absolument originales, elles ne sont pas comparables à celles des autres, il y a toujours une différence. Alors, quand la personne touche et réalise cela, alors seulement apparaît un sentiment d’exister plein et heureux. Un sentiment d’exister en relation avec les autres et le monde. C’est la joie d’être qui peut alors émerger.

Mais comment trouver ou approfondir mon chemin, l’objet de ma réalisation ?
Que faire de moi, de mon énergie ? Comment trouver ma place ou me développer pleinement ? Comment me réaliser le plus possible, atteindre une amplitude, mon amplitude, comment goûter à ce plaisir ?

Je constate qu’il est finalement rarement facile de toucher cela, de le découvrir.
Et pourtant nous portons tous en nous, profondément actif, notre désir de réalisation.
Cette dimension est fondamentale pour l’être humain. De même qu’un bébé à sa naissance sait inconsciemment qu’il a besoin d’être nourri, porté, choyé, accepté, aimé, de même nous portons en nous, inconsciemment aussi, ce que nous savons être nos potentialités et nos désirs pour nous accomplir pleinement. Cette réalisation est là, en attente en nous.
Cette impulsion primaire qui nous pousse à nous réaliser, les circonstances de notre vie, finalement, ne nous permettent pas toujours de l’atteindre. Il y a de nombreux obstacles à la réalisation de notre désir : des contrats inconscients qui nous lient aux désirs de nos parents ou de notre entourage, de multiples projections et inductions familiales qui se fixent sur nous, transgénérationnelles même souvent, des conditionnements de tous ordres dont nous sommes l’objet, des peurs. Tout cela nous fournit des images, des mots et des idées que nous croyons être les nôtres, alors que ce n’est pas le cas.

Comment dépasser ces empêchements ?

Comment dégager ce qui obstrue l’apparition au grand jour, non pas camouflée, de mon propre désir de réalisation ?

Je peux me réaliser lorsque j’ai pu contacter ce qui est mon désir personnel.

Trouver ce chemin ne veut pas dire rupture. Cela peut, bien sûr, être un aménagement, une orientation différente, une transformation ou un approfondissement de ce qui est déjà là.

Chacun découvre, explore ou améliore sa façon de se réaliser, particulière, qui lui permet l’expression de ses compétences spécifiques.

 

II - Ce que je propose pour y accéder

  • Que faut-il abandonner pour être soi ?
  • Quelle part névrotique faut-il laisser aux désirs des autres ?
  • Qu’est-ce qui m’empêche d’être moi, d’habiter pleinement le lieu de ma propre réalisation ?
  • Qu’est-ce que je n’ai pas reçu ?
  • Qu’est-ce que j’attends ?
  • Qu’est-ce que j’espère ?
  • Quand je fais ce que je fais, est-ce que c’est au lieu de faire quelque chose d’autre qui me tient tellement à cœur ?
  • Qu’est-ce que je dois lâcher pour être qui je suis ?

Les stages « Être soi » proposent un ensemble de façons de faire qui permettent de contacter l’objet de sa réalisation, s’ouvrir à son apparition, le laisser émerger, le sentir, le percevoir, le circonscrire, le saisir, ou l’explorer davantage et l’approfondir en s’ouvrant à soi-même et à sa propre créativité.

Durant ces stages sont travaillées conjointement la résolution des problématiques inhibitrices et l’émergence des capacités, des potentialités, des désirs, des forces en attente en chacun de nous.

Ce travail est différent du coaching parce que je me place sur le plan d’une résolution psychothérapique des problématiques. Il est différent aussi d’une psychothérapie ou d’une psychanalyse parce que je mets l’accent spécifiquement, pour chacun, sur l’émergence de ses propres désirs de réalisation et de ses potentialités personnelles et sur leur réalisation dans la réalité.

Durant ces stages, je dispose de tout un ensemble de façons de faire pour permettre cela.

Cette ouverture à soi passe notamment par l’ouverture à ses sensations corporelles, par la conscience de son unité psycho-corporelle, par l’ouverture à son être entier, à ses propres besoins et à ses propres désirs.

Je travaille beaucoup avec le ressenti corporel, dans la mesure où c’est par lui que se saisissent le plus souvent les racines de nos inhibitions et de nos peurs. C’est à partir de ce ressenti corporel aussi que peuvent réémerger les situations qui nous ont bloqués, inquiétés, apeurés et qui obstruent peut-être encore maintenant un meilleur accès à nous-mêmes.

L’ouverture à soi passe aussi, notamment, par la découverte et la transformation des « contrats » que nous avons passés inconsciemment avec des personnes de notre histoire ou de notre vie actuelle et qui nous limitent ou nous inhibent.

J’utilise aussi des rêves éveillés pour accéder aux résistances inconscientes.

L’ouverture à notre propre créativité est un élément fondamental pour nous réaliser et nous la travaillons de diverses façons.

L’ouverture aussi à l’expression. Dimension fondamentale de l’être humain, l’expression de nous-même qui attend en chacun de nous.

Tout un ensemble d’outils sont proposés, issus de l’Analyse Psycho-Organique, de la Bioénergie, de la Gestalt, du Lifespan, du psychodrame, des constellations familiales, d’autres encore proviennent des pratiques millénaires de la danse ou même de la préparation des acteurs du théâtre Nô.
Ces outils sont toujours agencés à une pratique cohérente et dans une perspective claire dans le but d’approfondir son identité et la réalisation de soi.

En ayant accédé à l’identité peut arriver le lâcher-prise, jamais avant.

Des témoignages à propos des stages « Être soi »

Merci à Marc et Florence de m’avoir accueilli dans ce stage, premier travail de groupe pour moi, sans être en travail individuel avec l’un d’eux, ni en étant "recommandé" par un participant du groupe.
A travers les différents expérientiels, j’ai pu (re)découvrir plusieurs facettes de mon "Moi" dans un cadre bienveillant et sécurisant.
Florence et Marc animent le stage en permettant à chacun de vivre les expérientiels, à son rythme, sans contraintes, tout en étant à l’écoute des besoins de chacun et en supervisant avec attention l’ensemble du groupe.
J’ai pu ainsi me (re)connecter avec mon "Moi" tout en intensifiant le travail commencé peu auparavant en séances individuelles de psychothérapie.
Ce stage a été un révélateur de mes capacités et envies qui ont été étouffées au fil du temps, et une bonne base sur laquelle m’appuyer pour me réaliser.
Matthieu

Le week-end proposé par Florence et Marc sur le thème « M’ouvrir à moi-même » fût un moment d’exception … au sein d’un groupe d’une très grande bienveillance.
Savoir ce qui est bien pour moi tout en écoutant mon corps, explorer de nouvelles sensations … enfin mon cerveau n’était plus celui qui pilotait !!! Oui il y avait toujours un pilote dans l’avion … mais c’était le corps …
Et oser faire… s’autoriser…
Enfin expérimenter après le week-end …
Des verrous sautent, l’oiseau déploie ses ailes …
Daniel

« Être soi, se réaliser pleinement – m’ouvrir à moi-même » telles étaient les ambitions du stage auquel j’ai participé les 25 et 26 février 2017 (co-animé par Florence Stoll et Marc Tocquet)
Pour ma part ce stage aurait également pu s’intituler « Comment passer de l’espace confiné et protecteur du cabinet de Florence, à une immersion complète au sein d’un groupe d’inconnus pour me dévoiler, m’ouvrir et partager une partie de moi-même avec les autres ».
L’équation n’était pas simple – un peu contre nature – le résultat fut au delà de mes espérances.
Ces 2 jours ont été très intenses en émotion, en sensations, en compréhension de soi par l’ouverture aux autres, une pause de bienveillance, d’écoute merveilleusement organisée par Florence et Marc.
Quelles que soient les raisons différentes pour lesquelles chacun de nous a participé à ce stage, nous sommes tous ressortis de ces 2 jours intenses avec une autre façon de se voir, de se comprendre, d’appréhender l’ouverture aux autres.
Indiscutablement il y aura pour moi un avant et un après ce stage …
Céline

 
 
 
 

Stage thérapeutique de naissance

 

 

Il s’agit d’un stage spécifique de 48 heures, que je propose régulièrement en co-animation avec Florence Stoll.

Le prochain stage de "processus de naissance" aura lieu durant le week-end du 18-20 octobre 2019.

Il se tiendra aux « miroirs de l’âme » 41, rue Labat 75018 Paris.

Les inscriptions sont ouvertes (me téléphoner : 06 83 88 58 62 ou me laisser un mail : marctocquet@yahoo.fr).

Ce stage n’est pas résidentiel.
En voici les horaires :
Vendredi : 17h-22h
Samedi : 9h-20h
Dimanche : 9h15-17h30
Le prix est de 370 €. Le nombre de participants est limité à 12.

 

Voici le dépliant de ce stage,

 

et aussi une affiche

 
 
 

En savoir plus sur le processus de naissance

Ce travail spécifique, inventé par Paul Boyesen, a lieu en groupe et consiste à revivre et à transformer, si cela est nécessaire, son processus de naissance. Nous considérons en Analyse Psycho-Organique que le processus de notre naissance débute, pour nous tous, au moment de notre conception puis se poursuit par notre vie intra-utérine, notre naissance proprement dite et l’accueil qui nous est fait par nos parents à notre naissance. Il s’agit donc ici d’un travail très différent de ce qui se pratique en « rebirth  ».
Durant ce stage, je propose un travail très précis qui vise à réparer, en pouvant le vivre différemment ou à le vivre tout court lorsque cela n’a pas été le cas, ce qui a été mal vécu, ou n’a pas pu être vécu durant le processus de sa naissance.
Il peut s’agir de ressentir et de nourrir ses cellules de la sensation d’être désiré par ses parents lorsque cela n’a pas été le cas, de vivre paisiblement sa construction et son développement dans la matrice maternelle.
Il peut s’agir d’avoir le temps de sentir et de manifester son désir de naître (on sait maintenant que c’est le fœtus qui déclenche sa sortie de l’utérus en sécrétant une hormone spécifique), ce qui n’a peut-être pas pu avoir lieu en cas de naissance précipitée ou programmée.
Est-ce que j’ai senti ma force pour sortir de la matrice utérine en poussant des pieds sur le sacrum de ma mère, est-ce que j’ai pu ressentir la sensation du passage, ou est-ce que je n’ai pas pu vivre cela puisque je suis né par césarienne ?
Il est possible aussi de vivre ou de revivre, durant ce stage, le fait d’être accueilli dans l’amour et la tendresse par ses parents au moment de sa naissance et de nourrir à nouveau le plaisir, la confiance et la tranquillité que cela procure.
Les participants, à l’issue de ce stage, évoquent leur désir de naître qu’ils ont pleinement ressenti, leur force qu’ils ont pu contacter ou recontacter durant ce processus, la sensation de proximité d’avec soi-même et de confiance dynamique qu’ils retirent de ce qu’ils ont vécu.
On considère en Analyse Psycho-Organique que l’être humain sait toujours ce dont il a besoin, cela est inscrit en lui, même si cette connaissance est souvent inconsciente : un bébé qui naît « sait », bien que ce soit inconsciemment, qu’il a besoin d’être choyé, entouré, nourri. Il « sait » qu’il a besoin qu’on lui parle et de pouvoir vivre une transition douce en entrant dans ce nouveau monde. L’être humain qui n’a pas reçu ce qu’il lui faut, notamment au cours de ce processus de sa naissance, continue de le désirer et de l’attendre, tant qu’il ne l’a pas vécu.
Cette attente de vivre ce qui était nécessaire et bon pour nous peut rester enfouie en nous, toute notre vie durant, et nous entraver dans la pleine réalisation de nous-même ou nous entraîner dans la recherche de substituts de satisfaction. Durant ce stage, grâce à un protocole précis, je cherche à ce que chacun, avec l’aide du groupe, puisse réparer les manques de ce qu’il n’a pas pu vivre, ou puisse vivre autrement ce qui s’est mal passé au cours ou autour de son processus de naissance.

 

Quelques témoignages de participants à des stages de processus de naissance

— J’ai recontacté quelque chose qui avait été carapacé.

— Une image très précise dans ma tête : leurs mains au bas de mon dos comme la ligne de départ pour des coureurs, comme des starting-blocks, ma ligne de départ à moi, pour toujours le repère et le point d’appui qui me manquaient pour cette vie-ci.

— Ce que j’ai ressenti : des mains sous mes pieds, et un formidable élan – non pas comme si elles m’avaient poussée, mais comme si j’avais trouvé l’appui qu’il me manquait. Et un passage à la fois dense et fluide. Et une paix profonde, immédiate.

— C’était un grand plaisir, comme d’être arrivé quelque part et de s’y sentir totalement bien.

— Je suis née par césarienne, je n’ai pas réussi à naître toute seule. Est-ce en rapport avec le fait que dans ma vie les choses se sont présentées à moi, que je les ai prises au vol mais sans avoir l’initiative ? Mon mari m’a choisie, dans ma vie professionnelle j’ai accepté les postes que l’on m’a proposés. Je commence à me questionner sur mes renoncements. Je sens que maintenant je vais oser faire des choix, dire « je », pouvoir décider.

— J’ai connecté ma force.

— L’être intérieur abstrait, il s’est concrétisé là. Là, je l’ai connecté physiquement. Cette présence a pris forme et sens.

— Grâce au rôle de la mère, j’ai apaisé cette peur d’être comme ma mère, de ne pas réussir à m’occuper de l’autre, peur de ne pas savoir comment gérer ça.

— Le stage a réparé la sortie, le calme a compensé le stress de la réalité de ma naissance.

— C’est une sensation extraordinaire de ressentir comment on n’a plus de place dans cet utérus, comment il faut qu’il se passe quelque chose et on n’a aucune idée de ce qui peut se passer. Quelque chose doit arriver, car ce n’est plus vivable cet étouffement, cette compression, et en même temps on n’a aucune idée de la solution.
Et puis il y a un mouvement réflexe qui est apparu, très vite : je me suis retourné, j’ai senti ma tête qui fouissait, avec force, avec ardeur, j’ai senti comment mon corps se tendait, tout allongé en poussant avec les pieds, c’était extraordinaire, sentir qu’il y a quelque chose d’adapté au niveau de la tête, et qu’on peut y aller, quelque chose, une ouverture, qu’il faut franchir, forcer, mais qui s’ouvre en même temps, qui accepte, qui accueille mon mouvement, ma volonté de changer la situation.

— L’accueil de mes « parents » a été un temps fort. J’ai pu m’abandonner dans les bras de ma mère et de mon père. Et ce don m’a permis de vivre cet amour que je n’avais pas pu obtenir de ma mère réelle.

— Temps d’accueil – temps de pause – temps d’intégration de ce moment incroyable. Cette nouvelle naissance s’enracine dans mon être, et devient ma naissance, pour toujours.

— J’ai pu « revivre » des passages difficiles : un tunnel noir, la peur de l’absence de mon père. En contre partie, j’avais une forte détermination de naître.
Je me sens bien plus solide et surtout moins solitaire. Et je sais que je peux m’appuyer sur ma force calme.

— Je suis plus calme. Je dors mieux.

— Ma mère a moins d’impact sur moi. J’ai pris du recul.
J’ai comblé un manque qui faisait que j’avais toujours besoin d’affection par rapport à elle.

— Une grande légèreté, une joie, comme un jaillissement. Une expansion. C’est au-delà de mon attente.

— J’ai l’impression d’être plus grand quand je marche dans la rue.
J’ai le sentiment d’avoir grandi.

— Je sens une confiance en moi, surtout dans mes mouvements, mais aussi dans mes actes, dans ma parole.

— J’ai l’impression que ma respiration est plus basse qu’avant.

— Incarner une partie qui n’était pas là.

D’autres témoignages récents (2016 et 2017)

— L’histoire qui m’avait été racontée sur ma conception et sur ma naissance rendait logique l’existence de dommages possibles sur ma façon d’être. Cependant ce lien restait purement intellectuel car mes souvenirs d’enfance nourrissaient ma conviction que rien ne m’avait manqué sur le plan affectif et rendaient abstrait, et finalement sans efficacité, ce qui pouvait clairement donner sens à un certain nombre de mes difficultés à être.
Les expérientiels vécus pendant le stage m’ont fait vivre et découvrir des ressentis encore très présents autour de ma conception et de ma naissance. Ce dont j’avais manqué se révélait, les stigmates prenaient sens, le lien se faisait avec mes choix de vie, mais aussi avec mes façons d’être dont je savais qu’elles étaient la source de souffrances.
Je vivais cette nouvelle évidence dans ma chair et mes émotions, en même temps qu’une sorte de réunification émergeait en moi, je ne me sentais plus coupée de mon corps, je gagnais en densité et en complétude.
Un sentiment d’unité, de densité, d’existence pleine et légitime voyait le jour, accompagné d’un état de sérénité, de paix et, je dois l’avouer, d’une certaine fierté heureuse.
J’étais là, et bien là, entière et debout, forte et légitime : j’étais moi !
Le miracle de cette expérience est, qu’en même temps, je vivais ma relation aux autres, aux travers des exercices en groupe, dans une disponibilité simple et complète, sans autant me perdre ou me fondre dans l’autre. Les échanges étaient faciles, équilibrés et tellement bénéfiques et rassurants.
La sensation qui me reste le plus de ce travail, avec et grâce aux autres, est celle d’une douceur enveloppante. Je me rencontrais en même temps que je rencontrais l’autre, disponible à moi-même et à eux, dans une facilité simple et évidente jusqu’alors inconnue.
On m’avait dit qu’il y avait un avant et un après ce stage : je le confirme. Des voies se sont ouvertes, que je continue à explorer. Des choses ont changé dans ma vie, c’est comme si des étaux invisibles s’étaient desserrés, me laissant plus de liberté, j’entends enfin les chants du possible, et c’est un air bien doux et joyeux qui appelle à la vie.
Marie

— J’ai participé au stage de naissance par pure confiance dans ces deux thérapeutes, sans bien savoir ce que j’en attendais, ce que j’y trouverai... et sans aucune conviction sur les stages de groupe.
J’ai trouvé l’expérience formidable.
L’expérience de groupe est vraiment intéressante. J’ai éprouvé la bienveillance et l’enrichissement par l’expérience de chacun.
En vivant à nouveau l’expérience de ma naissance, j’ai redécouvert et véritablement ressenti mon rapport à mes parents, à ma fratrie... ce dont j’aurais eu besoin.
J’en ai retiré un sentiment de réconciliation et de force.
La démarche de Florence et de Marc est formidable, pleine de bienveillance, de sérénité, d’énergie et de joie.
Julie

— Un déclic s’est produit pour moi lors du week-end « Naissance » où j’ai touché au fait d’être aimée, et acceptée, reçue telle que je suis. Des effets ont eu lieu tout de suite après ce stage dans la réalité : depuis six mois je cherchais en vain un appartement à acheter, je m’en faisais une « montagne ». Un mois après ce week-end, j’ai reçu une proposition immobilière qui me correspondait tout à fait. Je suis sûre que c’est grâce à ce travail de déblaiement intérieur qui m’a permis de grandir en confiance et en liberté, que j’ai eu l’audace de mener à bien ce projet.
J’ajouterai que la présence des autres, dans le travail en groupe, est un facteur très important. La présence et l’éclairage, le cheminement d’autrui sont des aides précieuses qui permettent d’avancer et de s’orienter vers une vie plus créative, qui s’affranchit des « Tu n’y arriveras pas... », etc. Je n’oublie pas non plus de mentionner la coopération discrète et efficace des deux psychothérapeutes, Florence et Marc.
Martine

— Ce stage a été pour moi l’occasion d’aller « au delà »...
... au delà de ma vision du travail en groupe
... au delà de ce que j’étais capable de ressentir, d’affronter.
Revenir sur ma naissance, ses circonstances, ses intervenants a éclairé mon chemin et revivre cet événement, consciemment cette fois, a été une expérience riche et troublante.
Au delà de ma "naissance", le partage intense avec les autres participant(e)s, ce qui était plutôt inquiétant au premier abord, a été très nourrissant, très éclairant.
Laure

— Je tiens à remercier Florence et Marc pour ce stage incroyable, qui est pour moi mon premier stage de groupe et ce fut une expérience très riche.
La première vertu du stage est de fixer un point dans le temps, et l’attente du stage permet, sans s’en rendre compte, de commencer à recueillir des informations, à « aligner ses planètes » inconsciemment.
Tout cela permet, pendant le stage, de faire les connexions nécessaires. J’ai attendu 9 mois le stage, et cette attente fut bénéfique.

Je tiens aussi à remercier leur professionnalisme à tous les deux, qui permet de réaliser un stage en confiance pour pouvoir aller le plus loin possible dans l’exploration sans avoir peur d’être jugé, trompé, blessé.
Ils ont fait preuve, comme tous les participants, d’une bienveillance immense envers tous et d’une justesse dans la gestion des émotions de tous.
Bien qu’étant tous différemment connectés à nos émotions (je le suis naturellement peu), nous avons pu tous le faire à notre rythme sans y être ni contraints ni forcés.
Je suis allé au stage déterminé mais aussi effrayé, et ce professionnalisme et cette bienveillance m’ont permis de m’y sentir bien et de faire mon chemin.

J’ai tout de suite senti les effets bénéfiques et réparateurs de ce que j’ai vécu durant ce stage.
Il m’a permis de comprendre des émotions qui datent de ma naissance et, pour illustrer un exemple concret, de pouvoir pardonner à mes parents de n’avoir pas su répondre à mes attentes d’enfant.

Je ressens un profond apaisement et surtout la sensation d’avoir (enfin) ouvert un canal à émotion qui était « bouché » depuis 43 ans.
Mes parents ne sachant pas exprimer leurs émotions, je les ai refoulées si longtemps et là, maintenant, je ressens les choses.

Tous les jours je continue à faire des liens sur les informations que j’ai en moi depuis parfois des années sans comprendre les connexions entre elles.
Damien

 
 
 
 

Stages pour aider les adolescents à faire leurs choix d’études et d’avenir professionnel et s’inscrire à Parcoursup

 

 

J’organise, avec Florence Stoll, trois journées de groupe (des dimanches) pour aider les adolescents qui ont leurs voeux à formuler dans Parcoursup, à décider de ces choix d’études et d’avenir professionnel.
Le nombre de participants à ces groupes est limité à 12.

La nécessité de s’inscrire dans un cursus post-bac se pose au milieu de l’année de terminale.
Il n’est pas toujours facile de savoir de ce que l’on veut faire après le bac.
Le vide, l’incertitude, la peur, l’inquiétude, l’absence de confiance en soi apparaissent parfois lorsqu’il s’agit de choisir, de décider, d’investir son énergie et son désir dans ce qui va devenir une vie professionnelle et sociale.

Beaucoup d’adolescents ou de jeunes adultes se trouvent inhibés, hésitants, inquiets, perdent leurs moyens quand il faut poser clairement ce choix.
Ou, tout simplement, ils ne savent pas quoi faire.

Grâce à notre expérience de travail avec les adolescents nous disposons d’un certain nombre d’outils pour avancer dans cette situation et éventuellement la résoudre.

Nous proposons pour cela trois stages d’un dimanche en novembre, décembre et janvier. Ces trois stages forment un tout et il est nécessaire de s’inscrire pour l’ensemble du processus.

Lors de ces stages nous permettrons à l’adolescent d’être en contact avec son potentiel, de mettre en évidence ses capacités, de sentir ce qui lui permet de poser les bases d’un choix. La possibilité d’une décision se fait en laissant émerger ses centres d’intérêt, ses compétences, ses qualités, la force de ses désirs. Il faut faire face aussi à ses fragilités, à ses limites, à ses peurs et percevoir comment elles interviennent dans la difficulté de savoir où et comment s’investir.

Les groupes sont très importants pour les adolescents, c’est là qu’ils peuvent le mieux s’exprimer et se rendre compte que leurs problématiques sont comparables à celles d’autres adolescents comme eux. La fréquentation du groupe et les divers outils thérapeutiques que nous proposons rassurent les adolescents et les aident à enraciner leur identité, à concrétiser des objectifs et à envisager ou décider des chemins sur lesquels s’engager pour les réaliser.

Voici les dates des stages en 2019-20 :

★ 17 novembre 2019

★ 8 décembre 2019

★ 26 janvier 2020

Selon les dimanches, ces stages se dérouleront dans le 10ème ou le 18ème arrondissement de Paris.

Le prix est de 540 € pour les trois stages.

Pour s’inscrire, il suffit d’utiliser le bulletin d’inscription contenu dans ce dépliant :